Vitesse d’obturation


La vitesse d’obturation est pour moi l’un des 3 éléments techniques fondamentaux de la photographie avec l’ouverture du diaphragme et la focale. On parle de vitesse en rapport avec le temps d’ouverture de l’obturateur et la capture de la lumière par le capteur de l’appareil photo. Cette vitesse définit le temps de pose de l’image.

Elle s’exprime en secondes ou en fraction de secondes (2s, 1s, … , 1/250eme de seconde, 1/2000eme de seconde, …). Sur la majorité des boîtiers, la vitesse varie de 1/5000eme de seconde à 30 secondes, au delà, il y a la pose B (Bulb) ou pose longue, pour les très longues expositions (la nuit par exemple).

Si la vitesse est rapide (1/2000eme de seconde par exemple), l’obturateur s’ouvre et se referme vite : la lumière a peu de temps pour être capturée.
Si la vitesse est lente (2 secondes par exemple), l’obturateur s’ouvre et se referme lentement : la lumière a plus de temps pour être capturée.


Exemples : Vous choisissez une vitesse de 1/60, cela signifie que vous réglez l’appareil afin qu’il reste ouvert pendant une durée d’un soixantième de seconde afin de permettre au capteur de capter une certaine quantité de lumière. Le choix d’une vitesse de 1/500 laissera entrer beaucoup moins de lumière puisque l’appareil restera ouvert seulement un cinq-centième de seconde. Si vous passez de 1/60 à 1/125, vous diminuez par deux la quantité de lumière captée par l’appareil.


Schéma vitesse d'obturation

 


La valeur de vitesse impacte directement la quantité de lumière que reçoit le capteur :

schéma obturateur


Applications concrètes de la vitesse d’obturation

Si vous souhaitez avoir une photo très nette et éviter le flou de bougé.
Si vous êtes pointilleux sur le piqué de votre image, je vous conseille d’utiliser une vitesse d’obturation supérieure à 1/125 de seconde, voir même 1/250. Si vous descendez en dessous de 1/125 de seconde, il conviendra d’utiliser un trépied et un déclencheur souple ou un déclenchement automatique (retardateur).

Photo publicitaire

Série de photos publicitaire – Vitesse d’obturation de 1/640 – Ouverture f /1.8 – Focale : 85 mm – Trépied + déclencheur souple.


Si vous souhaitez avoir un effet de vitesse de déplacement sur des éléments dans un environnement net.

NY_FifthAvenue

Série de photos de New York – Vitesse d’obturation de 1/6 – Ouverture f /14 – Focale 17 mm – Trépied – retardateur + Levé du miroir


Si vous souhaitez avoir un effet de vitesse sur le décor avec votre sujet net.

La vitesse d'obturation

Série de photos de la Mezcaleria à Paris – Vitesse d’obturation de 1/60 – Ouverture f/2.8 – Focale 50 mm


Comme l’a signalé James dans son commentaire, la focale est également un élément fondamental qui influe sur la quantité de lumière captée. Une petite focale (exemple : grand angle à 24mm) laisse entrer plus de lumière qu’une grande focale (exemple : téléobjectif à 300mm). Concrètement, pour une même quantité de lumière captée, vous devrez laisser un plus long temps de pose avec un télé qu’avec un grand angle.

Je vous remercie d’avoir lu mon premier post sur la technique photo. Si vous avez aimé, n’hésitez pas à laisser un commentaire et à partager autour de vous.

Enregistrer


Commentaires (2)

  1. James

    Malheureusement vous oubliez un élément fondamental dans le choix de la vitesse, c’est la prise en compte de la focale

  2. madphane

    Bonjour James,
    Je vous remercie beaucoup pour votre commentaire, effectivement, vous faites bien d’insister sur la focale qui influe considérablement sur la dose de lumière captée. Je ne voulais pas complexifier l’exercice et j’en ai oublié un acteur majeur. J’ai corrigé le post grâce à vos conseils, merci de votre aide.